La sécurité dans les transports urbains et interurbains, mythe ou réalité ?

La sécurité dans les transports urbains et interurbains, mythe ou réalité ?

Si la mobilité est un enjeu pour vous, vous vous préoccupez certainement de la place pour la sécurité dans les transports urbains. Quels changements ont eu lieu et quelles sont les pistes d’amélioration possibles ? Décryptage.

Un usager sur deux déclare ressentir de l’insécurité dans les transports en commun. Préoccupation importante pour les usagers mais aussi pour les exploitants, les régies de transport, les conducteurs, et les élus. La sécurité dans les transports est un véritable sujet.

Sensibiliser enfants et parents pour sécuriser les transports scolaires

Selon Emmanuel Renard, représentant de l’Association Prévention Routière, les cars représentent aujourd’hui 0,4 % des accidents, et restent un des transports les plus sûrs sur la route. À condition de connaître et respecter les règles de sécurité.

Monter dans le bus ou le car en sécurité, mettre sa ceinture, savoir évacuer rapidement… De plus en plus d’enfants et adolescents sont sensibilisés aux consignes à respecter pour des trajets en toute sécurité.

L’Association Départementale pour les Transports Éducatifs de l’Enseignement Public, l’Association Prévention Routière ou encore les Conseils Départementaux organisent régulièrement des interventions dans les écoles et collèges pour apprendre aux enfants comment circuler en toute sécurité, de la maison jusqu’à l’établissement scolaire.
Celles-ci se déroulent en 2 temps : une partie théorique d’abord, suivie d’une partie pratique.

Les intervenants montrent d’abord des vidéos aux enfants puis expliquent et répètent les règles de sécurité :

  • être visible,
  • être poli,
  • respecter le chauffeur et les autres passagers,
  • s’attacher,

L’ensemble des règles de bonne conduite est vérifié avec un questionnaire.
Ensuite, vient le temps de l’évacuation chronométré du bus, pour faire comprendre aux enfants l’importance des consignes et de l’organisation, dans une situation plus concrète.

Aussi, de nombreux flyers « les 10 règles d’or de la sécurité dans les transports scolaires » ont été distribués.
Chaque intervention est dense mais instructive pour tous les élèves.
Les parents sont également sensibilisés aux bonnes règles de conduite (ne pas bloquer la circulation, ne pas stationner en double ou triple file) et sont chargés de s’assurer que leurs enfants ont compris et intégré les règles de sécurité.

Sécurité des usagers et conducteurs dans les transports urbains

Face à un sentiment d’insécurité en hausse, les autorités ont mis un point d’honneur à développer des mesures contre : le terrorisme, les violences et la délinquance dans les transports en commun où se regroupent des millions de personnes chaque jour et dans des espaces confinés.
Il est donc urgent de veiller à la sécurité des usagers et des conducteurs. Cela passe par la sécurisation, la surveillance, la lutte contre la délinquance (violences, vols, stupéfiants) ainsi que la surveillance des infrastructures.

Face aux risques encourus (accident, agression, délinquance) la mission de sécurisation est vaste. À cela s’ajoutent les incivilités, le stress… Police et agents de sécurité sont chargés de garantir la sécurité de tous.
Ils doivent aussi gérer les mouvements de foule lors de déplacements de supporters, festivals… et éviter la fraude, en contrôlant les titres de transport, et éventuellement l’identité des usagers.

Priorisée dès 2010 par le gouvernement, la mission de sécurisation des transports urbains s’est vue renforcée par le rapport de deux députés d’Ile-de-France début 2018. Dans ce cadre, de nombreuses actions ont été mises en place.
Bien sûr, des services de sécurisation spécialisés ont été créés. Une campagne de recrutement va d’ailleurs être lancée en 2019 par la Police des Transports.

Plusieurs mesures ont été pensées à destination des usagers, comme la création d’un numéro d’urgence pour signaler en toute discrétion tout comportement inquiétant (31 177 pour envoyer un sms, 3117 pour appeler) ou encore l’arrêt à la demande la nuit, une mesure déjà testée depuis plus d’un an dans plusieurs villes de France dont Bordeaux.

Par ailleurs, des campagnes de prévention à l’égard des usagers sont menées très régulièrement : sensibilisation aux incivilités, stop au harcèlement (pour lutter contre le harcèlement sexiste et sexuel), stop à la fraude, sensibilisation aux « comportements à risque » qui provoquent des accidents.

Plus récemment, des appels à la solidarité et à la vigilance de tous les usagers se sont multipliés.

Pour protéger les conducteurs (on dénombre plus de 300 agressions physiques en 2017), les véhicules sont maintenant équipés d’un bouton d’appel de détresse et d’une cabine anti-agressions.

 

 

La technologie joue aussi son rôle, notamment via l’installation de caméras pour développer la vidéoprotection. Attention, la vidéosurveillance est soumise à des normes : découvrez quelles obligations sont à respecter dans les installations de vidéosurveillance et vidéoprotection. La vidéosurveillance a par exemple servi dans la région de Grenoble à interpeller un jeune ayant menacé un chauffeur avec une arme de poing, car il refusait de démarrer après que le jeune n’a pas payé son titre de transport.
La vidéoprotection est devenue incontournable chez tous les exploitants ainsi que dans les grandes villes. C’est le cas en Ile de France où l’objectif est d’équiper 100% des bus, métros et RER pour la RATP d’ici 2021.

Selon les scores de la SNCF : de 2010 à 2015 le nombre de caméras en gare a doublé, le nombre de caméras embarquées est passé de 9600 à 23 664 caméras. Un total de 19 781 en Ile de France et 16 023 en province.

Des résultats chiffrés

Les actions lancées depuis plusieurs années, et notamment depuis la Loi Savary, portent leurs fruits : on note une baisse de 42 % des incidents au premier semestre 2018 par rapport à la même période en 2017. Le dispositif des agents de sûreté, caméras, campagnes de communication serait donc efficace.

Côté usagers, 83 % des clients interrogés trouvent la présence des agents de sécurité rassurante.

Les conducteurs quant à eux sont 76 % à constater des changements (ambiance, comportement) à bord de leurs bus depuis leur prise de poste.

Proposer des trajets sûrs pour les millions d’usagers, conducteurs, chauffeurs, exige des ressources.
Si l’environnement des transports en commun est aujourd’hui de plus en plus sûr, il s’appuie sur les efforts de tous les acteurs, passagers y compris, dont le rôle n’est pas à prendre à la légère.

2019-01-16T16:50:02+00:00